Environnement au Liban

Environnement

Géographie

Situé sur la rive orientale de la Méditerranée, le Liban est encadré par la Syrie au nord et à l'est, et par Israël au sud. Ce pays, un des plus petits du monde, s'étend sur environ 180 km du nord au sud et sur 50 km de l'ouest à l'est. Malgré sa taille modeste, il englobe plusieurs zones géographiques extrêmement différentes. La région côtière, très étroite et découpée, rassemble les villes principales. À l'intérieur, la chaîne du mont Liban comprend une série de hauts plateaux et sommets – où culmine le Qurnat al-Sawda à plus de 3 000 m. Plus à l'est, la chaîne redescend à pic sur la plaine de la Beqaa, qui longe la côte en parallèle sur 150 km à une altitude de 1 000 m. La Beqaa est une importante région de production vinicole et, jusqu'à très récemment, de culture de cannabis. Le massif très aride de l'Anti-Liban s'élève à l'est de la plaine de la Beqaa, formant une frontière naturelle avec la Syrie.

Faune et flore

L'arbre le plus célèbre du Liban et son emblème – le cèdre – ne se trouve plus aujourd'hui que dans quelques régions montagneuses, notamment à Bcharré et près de Barouk dans les montagnes du Chouf. Ces rares spécimens sont tout ce qu'il reste des grandes forêts de cèdres libanaises qui, à l'époque biblique, couvraient la majeure partie du pays. Cela dit, le Liban reste le pays qui compte le plus de forêts denses au Moyen-Orient : de nombreuses variétés de pins croissent sur les montagnes, et la majeure partie de la bande côtière abrite des cultures d'arbres fruitiers.

Dans les régions montagneuses du Liban nichent des oiseaux de proie, tandis que dans la réserve naturelle proche d'Ehden nichent des aigles royaux et impériaux, des buses, des milans rouges, des aigles de Bonelli, des fauvettes sardes et des hiboux de Scop. On peut voir des oiseaux marins, résidents ou migrateurs, dans le parc des Palm Islands au large de Tripoli. Des tortues vertes et des phoques-moines méditerranéens vivent dans les eaux qui entourent le parc. Côté mammifères, difficile de trouver plus amusant que le surprenant hérisson.

Au Liban, l'écologie a gravement souffert de la guerre civile et du développement de l'industrialisation. Pendant la guerre, divers polluants et déchets ont été déversés dans la mer et les rivières, et les constructions sauvages ont fleuri un peu partout. Le manque de surveillance de la part du gouvernement a favorisé l'abattage illégal du bois dans de nombreuses régions montagneuses. Plusieurs organismes de conservation du patrimoine tentent actuellement de remédier aux dommages subis et de protéger l'environnement naturel en faisant voter des lois et en créant des réserves.

Liban Liban


Haut de page